Diététiste-nutritionniste: une profession médicale et humaine

Raphaèle Ferland-Verry est diététiste-nutritionniste. Elle a travaillé quelques années en milieu hospitalier avant de se spécialiser en maladies intestinales et en troubles du comportement alimentaire. Elle a accepté de partager avec nous son amour des gens et de la science.

En quoi consiste votre travail de diététiste-nutritionniste?

Une partie de mon travail consiste à recevoir en consultation des patients qui souffrent d’une pathologie intestinale ou d’un trouble du comportement alimentaire tel que l’anorexie ou la boulimie.

Lorsque les gens viennent me consulter pour la première fois, ils présentent souvent des symptômes intestinaux (ex. : diarrhées, nausées, vomissements) et souffrent depuis des semaines, des mois, voire des années. Avec le temps, certains en sont venus à développer une peur de s’alimenter. Mon travail vise donc à les aider à rétablir leur alimentation afin qu’ils puissent manger à nouveau sainement, malgré certaines restrictions selon la maladie dont ils souffrent. Mon objectif est de leur redonner du pouvoir sur leur alimentation.

En plus des consultations, je fais de la révision scientifique pour des ouvrages ou de textes de formation professionnelle et j’offre des formations spécialisées aux infirmières, aux médecins et à d’autres diététistes-nutritionnistes dans mes champs d’expertise.

Pourquoi avoir choisi la profession de diététiste-nutritionniste?

Ce que les gens connaissent de la nutrition est principalement le volet de la promotion de saines habitudes de vie. Pourtant, la discipline est beaucoup plus large que ce qui est véhiculé dans les médias. Ce qui m’a toujours intéressé de la nutrition est le côté médical et scientifique très poussé qui n’implique pas de proximité physique avec les patients, comme c’est le cas en soins infirmiers ou en médecine.

Quelles sont les compétences recherchées chez un ou une diététiste-nutritionniste?

Le ou la diététiste-nutritionniste doit faire preuve d’une grande rigueur scientifique, car la nutrition est une science en constante évolution. Il faut demeurer à l’affût des dernières recherches scientifiques et être très rigoureux dans sa pratique afin de mettre à jour ses connaissances sur une base régulière.

Ensuite, la profession demande une très bonne capacité d’analyse. Un patient peut vous consulter pour une raison bien précise et, en lui posant des questions, vous découvrez parfois une tout autre problématique. Il faut donc être capable de dresser un portrait global du patient et de sa situation en le questionnant C’est un peu un travail d’enquête, où l’on doit investiguer au-delà de la raison de consultation. En effet, nombreux sont ceux qui s’autodiagnostiquent sans avoir les connaissances qu’ont les diététistes-nutritionnistes sur le plan alimentaire.

Finalement, le ou la diététiste-nutritionniste doit faire preuve d’empathie et avoir un grand amour des gens. 

La profession de diététiste-nutritionniste, en bref…

  • Au Canada, le titre « diététiste » est réservé à l’exercice de la nutrition dans toutes les provinces. Par contre, le titre « nutritionniste » est également réservé au Québec, en Alberta et en Nouvelle-Écosse. Dans ces provinces, on voit souvent le titre diététiste-nutritionniste.
  • Les diététistes et les nutritionnistes sont titulaires d’un baccalauréat d’une université canadienne reconnue.
  • Des études à la maîtrise et au doctorat sont requises dans certains champs de pratiques spécialisés de la nutrition, par exemple en santé publique ou en recherche.
Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#